L'installation en Andorre

andorre.jpg
C’est en 1988, que le professeur Caycedo retourne en Europe. En novembre, il organise le 4ème congrès mondial de sophrologie, en Andorre, inauguré par le professeur Lopez Ibor, alors professeur de psychiatrie à l'Université Complutense de Madrid.

Il n’aura pas fallu longtemps à Alfonso Caycedo, pour se rendre compte de la situation préoccupante de la sophrologie en Europe. Très inquiet, il souhaite alerter, sur les difficultés rencontrées par la sophrologie qui, au fil des années, a vu s’amalgamer toutes sortes de thérapies alternatives et jeter de la confusion autour de cette discipline.

Malgré lui, Il est amené à  lutter pour conserver la sophrologie authentique et à solliciter le conseil des avocats pour faire enregistrer « la sophrologie caycédienne » et sauvegarder ainsi, la légitimité de son école. Toutes ces thérapies alternatives se sont inspirées des trois premiers degrés de la RDC, à une époque où la sophrologie n’était pas protégée, et donc, n’ont pas suivi l’évolution qu’elle a connue durant les dernières années, créant ainsi, un grand décalage avec la sophrologie authentique d’aujourd’hui.

En 1990, Alfonso Caycedo donne des cours de mise à jour pour les sophrologues dans différentes villes européennes comme Paris, Bruxelles, Bordeaux et Toulouse et aussi en Suisse. Il présente alors les dernières mises à jour de l'épistémologie et de la méthodologie du premier cycle de la RDC.

En novembre 1992, a lieu le sixième congrès européen de psychiatrie, organisé par le département de psychiatrie de l'université de Barcelone. Au cours de cet événement, un temps est consacré à la sophrologie où Caycedo explique les valeurs radicales vécues pendant la pratique du 5ème au 8 ème degré.

En 1992, Alfonso Caycedo constitue et inaugure les premières écoles déléguées de sophrologie caycédienne, de France, de Suisse, de Belgique, d’Espagne, d’Italie et du Portugal, avec la mention d’un programme baptisé « système vivantiel Sofrocay », base de la formation au Master Spécialiste en Sophrologie Caycédienne (titre privé andorran).

En 1995, il inaugure le premier magazine trimestriel de langue française « Sophrologie Caycédienne en Médecine et en Prophylaxie Sociale ». Dans cette revue,  encore aujourd’hui, sont publiées les actualités concernant les théories sophrologiques. Dans des articles dédiés, de nombreux sophrologues témoignent de l'adaptation de la méthode Caycedo à leur spécialité.

Puis le docteur Caycedo travaille sur la mise en place du code déontologique de la sophrologie caycédienne, nécessaire pour préserver les principes éthiques de ceux qui enseignent cette discipline.

Pendant toutes ces années, le professeur Caycedo a continué à créer, adapter et perfectionner la pédagogie sophrologique. Il a développé la méthodologie correspondant au deuxième et troisième cycle de la RDC. C'est ainsi qu'en 1999, dans le cadre de l’actualisation du premier cycle de la RDC, il a introduit le concept des cinq systèmes Isocay, et a commencé à parler de la conscience tissulaire et cellulaire.

Lors de la commémoration du dixième anniversaire de l’institut de sophrologie caycédienne à Barcelone, un hommage lui a été rendu au collège des médecins, en présence de ses amis, du professeur López Ibor et de Carlos Ballús, respectivement professeurs de psychiatrie des facultés de médecine de Madrid et de Barcelone. Plus de 200 catalans étaient présents, reconnaissant le travail accompli par Alfonso Caycedo pendant près de cinquante ans.

L'année 2010 fut marquée par le cinquantenaire de la fondation de la sophrologie. Pour célébrer cet événement, le 1er symposium international de sophrologie fut organisé, du 10 au 12 décembre à Sitges, sur le thème : « sophrologie, science et vivance des valeurs phroniques pour le 21ème siècle ». Près de 500 sophrologues caycédiens, venus des quatre coins de l’Europe, ont partagé les expériences et les vivances autour de valeurs, source de bonheur.

C’est à partir de ce moment qu’Alfonso Caycedo décide, à l'âge de près de 80 ans, de mener une vie plus tranquille, de contemplation, de réflexion et de lecture. Il confie alors la section académique à sa fille le Dr Natalia Caycedo et l'organisation professionnelle de Sofrocay à son gendre, le Dr Koen van Rangelrooij.