La parenthèse colombienne

congres_mondial_de_Bogota.png
En 1979, la famille Caycedo part en Colombie, pays natal d’Alfonso. Encore une fois, il fait preuve d’une grande réduction phénoménologique en laissant derrière lui une vie confortable pour recommencer à zéro dans le but de faire connaitre la sophrologie et développer son application dans le domaine social.

A cette époque, il inaugure l'école internationale de sophrologie, dans laquelle les jeunes colombiens après leur baccalauréat, se forment sur un cursus de cinq ans, à la fois à la méthode sophrologique qu’ils pratiquent tous les jours, et à l'épistémologie liée à la conscience humaine.

Du 17 au 20 août 1982, Caycedo organise le 3ème congrès mondial de sophrologie à Bogota, où  1 200 délégués, principalement d'Europe et d'Amérique, sont réunis. Au cours du congrès, il présente la Fondation officielle de l’École Internationale de Sophrologie (FEIS), et les premiers étudiants de sophrologie de Bogota. Du côté européen, on ressent une atmosphère d'attente, alors que du côté américain, il y a une satisfaction générale sur le chemin déjà parcouru en sophrologie et son adaptation au nouveau continent.

En Colombie, Alfonso Caycedo adapte les trois premiers degrés de la RDC pour les écoles, pour les maisons de retraite, mais également pour les foyers où les enfants de la rue viennent dormir.
Plusieurs fois, Alfonso Caycedo accompagné de ses étudiants, est allé pratiquer la sophrologie dans ces foyers d'accueil, en leur dispensant les techniques du premier degré de la relaxation dynamique.

C'est une des nombreuses expériences que partagèrent les étudiants en sophrologie, bacheliers  qui suivaient ce cursus durant cinq ans et qui plus tard seraient amenés à l’appliquer dans les différents domaines de la société : les prisons, les maisons de retraite, les écoles, les entreprises, le milieu sportif, etc.

Les étudiants en sophrologie se formaient aux premiers degrés de la RDC et à ses techniques phroniques spécifiques du passé, du présent, du futur et de totalisation. Ils apprenaient des théories, chaque fois plus claires : les bases phénoménologiques de la sophrologie, le concept de conscience, de vivance, l’histoire de la conscience humaine, les possibilités existentielles de l'Être, les structures phroniques, les capacités et les contenus de la conscience, l'intégration dynamique de l'Être, le Moi phronique, le concept de l’alliance sophronique, les applications de la sophrologie, etc.

Dans les dernières années de formation, Alfonso Caycedo introduisit le son comme stratégie vivantielle. Avec ses élèves, il utilisa de manière encore très expérimentale, les premiers phonèmes, en dirigeant le son vers les différentes parties du corps, rappelant son expérience du Nada yoga.

En 1983, au cours d’un congrès pour les médecins au Panama, le docteur introduisit le quatrième degré de la relaxation dynamique. La posture avec les bras ouverts fut une expérience très bien accueillie. Puis l'expérience sophrologique s’ouvre à de nouveaux concepts la somatisation des valeurs et la description du Moi phronique.

En 1985, le docteur Caycedo présente le quatrième degré de la RDC à Lausanne, à l'hôpital Fatebenefratelli de Rome, à l'hôpital parisien de la Salpêtrière, et à Madrid.