Une sophrologue caycédienne nous parle de précocité intellectuelle

temoignages2.jpg

Comment avez vous connu la Sophrologie Caycédienne ?

 J’ai découvert la Sophrologie Caycédienne en accompagnant mon fils alors âgé de neuf ans, à son cours de violoncelle. Très crispé et tendu sur son instrument, il ne pouvait jouer. Son professeur, elle même sophrologue, a libéré son stress paralysant, en quelques paroles choisies, postures et respirations. Son visage s'est détendu, son corps relâché, il a pu alors reprendre son archet et se mettre à jouer. Ses pieds ancrés dans le sol, le souffle profond et calme,il a fait de nouveau corps avec son instrument. Cette expérience a été l’élément déclenchant d’une recherche approfondie sur la Sophrologie Caycédienne. Issue du milieu paramédical et formée à la compréhension et l’accompagnement des enfants et adolescents surdoués, il m’a semblé évident que la méthode de la Sophrologie Caycédienne pouvait apporter des réponses et un soulagement aux effets induits par un fonctionnement cérébral atypique.

Quelle formation avez-vous suivie et pourquoi avoir choisi Sofrocay ?

 J’ai suivi une formation dans une école de Sofrocay par souci d’authenticité de la méthode et dans l’objectif d’approfondir mes connaissances par un second et troisième cycle dispensés par le Dr Natalia Caycedo, fille du fondateur de la Sophrologie Caycédienne. Aujourd’hui, Master en Sophrologie Caycédienne de la branche clinique, l’enrichissement de cette formation se poursuit dans les universités d’été et les symposiums proposés par Sofrocay.

Quels sont vos domaines d’intervention ? Quels type de publics accompagnez-vous ?

 Installée en libéral dans un cabinet pluridisciplinaire, je reçois toute personne qui souhaite pratiquer la Sophrologie Caycédienne. Ma spécificité sur la précocité intellectuelle me permet d’accompagner des enfants, adolescents et adultes à haut potentiel en séances individuelles ou collectives. J’anime des stages de gestion du stress et des émotions, de préparation aux examens et concours en collaboration avec l’ AFEP (Association Française des EnfantsPrécoces). Tout au long de l’année, je propose la sophrologie aux enfants des classes primaires et aux collégiens d’une école alternative de Loire-Atlantique destinée aux enfants en échec scolaire, EIP et tous les Dys (Dysorthogra-phiques, dyscalculiques, dyslexiques,...). Mon autre domaine d’intervention est celui de l’entreprise, dans la prévention des risques psycho-sociaux et la gestion du stress lié à la compétitivité. Ici les salariés, managers et dirigeants peuvent réutiliser en toute autonomie les techniques sur leurs lieux de travail afin d’optimiser leurs capacités en conservant un équilibre interne.

Comment se déroule une séance ? Quelle peut-être la durée d’un accompagnement ?

 Pratiquer la sophrologie ne demande aucune condition particulière. Les techniques utilisées sont basées sur la respiration, la tension-détente du corps et la visualisation d’images positives. Les séances se vivent en posture de-bout ou assise, en tenue de ville, dans un cadre agréable. Considérée comme accompagnement de courte durée, 5 à 10 séances permettent une évolution favorable vers un mieux-être.

Qu’apporte-t-elle aux personnes détectées intellectuellement précoces ?

 La précocité intellectuelle présente des enfants et adultes essentiellement canalisés sur leur mental et très peu dans le corps. Ils se caractérisent par une hyper-activité cérébrale souvent anxiogène et des états émotionnels dont les fluctuations intenses accompagnées d’une hypersensibilité sont sources de vulnérabilité. La pratique de la Sophrologie Caycédienne mène à une présence au corps par la respiration, des stimulations corporelles afin de compléter le schéma corporel. Elle rééquilibre l’individu dans tous les aspects de sa vie en faisant appel à l’intelligence émotionnelle et à l’acuité sensorielle, toutes deux bien développées chez les précoces. Le principe d’action positive de la Sophrologie Caycédienne favorise la confiance en soi. Elle stimule la motivation pour une autonomie et un épanouissement personnel dans le respect de ses propres valeurs, ingrédient essentiel de l’équilibre du précoce quel que soit son âge. Il en est de même pour tous me direz-vous ? Certes,mais pour les sujets intellectuellement précoces, c’est fondamental.

Christelle Robert - www.sophrologie-nantes-crl.com 

 

Pour aller plus loin :

Dossier sophrologie et éducation