bandeau - jeune garçon

Undefined

FONDEMENTS THÉORIQUES

Les fondements théoriques
La sophrologie Caycédienne s'appuie sur quatre fondements théoriques. Découvrez-les en détails.
  • La conscience
  • Les principes
  • Les piliers
  • La phénoménologie

La conscience

Selon le Dr. Caycedo la conscience humaine est voilée. Notre vie est surtout orientée vers le monde extérieur, et notre vie intérieure est devenue une inconnue. L’existence est dirigée par nos conditionnements, automatismes ou instincts. C’est seulement grâce à une méthode d’entraînement à caractère contemplatif et méditatif que peut se produire le « dévoilement » de notre conscience. Alfonso Caycedo définit la conscience humaine comme la force responsable de l’intégration de toutes les structures de l’existence de l’être. Il ne s’agit pas seulement de prendre conscience d’une réalité externe ou interne, il s’agit d’une force de cohésion qui intègre le corps, l’esprit, ainsi que toutes les structures responsables de l’existence de l’être humain. La sophrologie distingue trois états de la conscience.

Les trois états de la conscience

  • La conscience pathologique : c’est la conscience « malade » où la vision du monde est altérée,
  • La conscience ordinaire : conforme à la norme, à la moyenne, c’est la conscience ordinaire, autrement dit, notre état habituel, quotidien. C’est dans cet état que vit la plupart des êtres humains,
  • La conscience sophronique : Il s’agit d’un état particulier de conscience, que l’on peut ressentir parfois dans un moment d’harmonie avec soi et/ou avec son environnement, un instant d’émotion créative. Le but de la sophrologie est d’inscrire cet état transitoire dans la continuité.
Son but est de dévoiler, conquérir et transformer notre conscience pour vivre une existence positive et pleine de valeurs.

Les principes

Les quatre principes fondamentaux de la Sophrologie, constituent l’essence même de la conscience sophronique et guident l’action du sophrologue et de ses élèves.

Le principe d’action positive

Toute action positive sur une partie de la conscience se répercute positivement sur la totalité de l’Être. Toutes les techniques de la Sophrologie Caycédienne respectent ce principe, si bien qu’on peut affirmer qu’elle est l’école du positif de l’être. Les techniques renforcent et dynamisent les structures positives de la conscience par l’intermédiaire des sensations, sentiments, souvenirs, ainsi que des attitudes positives envers soi-même et envers son existence. La répétition du positif amène à développer des habitudes, des valeurs qui renforcent l’harmonie de la conscience.

Le schéma corporel

Ce concept est à la base du travail sophrologique. En Sophrologie Caycédienne, le schéma corporel représente beaucoup plus que l’idée que chacun se fait de son propre corps.

Au fur et à mesure de son entraînement dans les douze degrés de la Méthode Alfonso Caycedo®, la personne perçoit peu à peu son corps à des niveaux de plus en plus profonds : au départ, elle apprend à percevoir la forme et le mouvement de celui-ci ; plus tard, elle développera une prise de conscience de ses sensations et de ses perceptions.

La perception du corps se transforme en expérience de la corporalité dans laquelle se manifestent les émotions, les sentiments et les valeurs qui vont se projeter dans l’existence. L’intégration de ce nouveau schéma corporel conduit à la consolidation de l’équilibre corps/esprit, à avoir une meilleure relation avec soi-même, et à se comporter plus sereinement dans la vie.

Le principe de réalité objective

Ce principe fait référence à deux aspects fondamentaux :

  • Le sophrologue caycédien se doit de continuer à pratiquer les techniques sophrologiques, afin de maintenir un état de conscience équilibré et serein et continuer à découvrir sa propre conscience ; il pourra ainsi transmettre de façon cohérente tout ce qu’il recommande à ses sophronisants.
  • Le sophrologue devra pratiquer la Sophrologie Caycédienne, en accord avec sa formation professionnelle et ses diplômes ; il ne pourra en aucune façon mener des thérapies sans une formation professionnelle adéquate.

L’adaptabilité

Toutes les techniques et théories qui composent la Méthode Alfonso Caycedo® doivent s’adapter à la réalité des clients, patients ou élèves qui la pratiquent, et non l’inverse.

Les piliers

La Sophrologie apporte de nouveaux concepts relatifs au développement de la conscience humaine, basés sur :

Une épistémologie claire et cohérente

Pour expliquer les théories et hypothèses émises pour l’étude de la conscience humaine. Les principes théoriques qui nourrissent la Méthodologie ont été conçus par le Dr. Caycedo dès 1960 et tout au long des dernières cinquante années. Ils sont basés sur la recherche phénoménologique existentielle.

Une méthodologie propre

Pour la mise en pratique de la Méthode Alfonso Caycedo® qui se compose de trois éléments fondamentaux :

  • La Relaxation Dynamique de Caycedo (RDC) qui comprend douze degrés, regroupés en trois cycles (fondamental, radical et existentiel) de quatre degrés chacun, ainsi que des techniques spécifiques.
  • L'Entrainement Sophrologique Caycédien (ESC) qui est l’ensemble des techniques présentées sous la forme de protocoles et proposées par le sophrologue caycédien dans le but de s’adapter aux besoins de chaque personne en fonction de sa situation. 
  • La Sophro Analyse Vivantielle de Caycedo (SAVC). Au terme de chaque entraînement, le sophrologue invite le sophronisant à exprimer de manière écrite ou verbale, par le biais d’une « phénodescription », tous les aspects positifs sur lesquels s’est portée son attention pendant la séance. Le sophrologue l’écoute, en fait l’analyse et à partir de là, orientera son entraînement. 

Une sémantique dédiée

Qui donne à la Sophrologie Caycédienne un vocabulaire propre et spécifique. Toute discipline professionnelle (médicale, juridique, philosophique…) dispose d’une terminologie spécifique, une sémantique propre, qui permet à ses membres de parler le même langage et de se comprendre.

La phénoménologie

La phénoménologie est un courant philosophique majeur apparu au 20ème siècle, avec le philosophe Edmund Husserl (1859-1938), et qui propose une nouvelle manière d’étudier la conscience grâce à la méthodologie phénoménologique.

Le Dr. Caycedo va adapter cette méthodologie pour étudier la conscience humaine en utilisant des attitudes phénoménologiques telles que la « suspension du jugement » ou « l’épochè », qui consiste à laisser venir les « phénomènes » qui apparaissent durant la séance sans les juger, les comparer ou les interpréter.

Deux moments-clés des techniques sophrologiques illustrent en particulier la relation avec la méthode phénoménologique de Husserl :

  • Entre les différents exercices qui composent une technique sophrologique, sont aménagés des moments importants permettant au sujet d’accueillir sensations et sentiments vécus afin de ressentir son « monde intérieur ». Ces moments sont appelés « pauses phroniques ».
  • Après toute technique vient un temps d’expression orale ou écrite appelé « phénodescription » qui a pour but de recueillir les sensations et sentiments positifs que l’on vient de vivre.
Les expériences vécues pendant les techniques sophrologiques aident à dévoiler, conquérir et transformer la conscience permettant une évolution positive de la conscience « pathologique » ou « ordinaire » vers la conscience sophronique.
 
C’est dans cet état d’esprit que la sophrologie et les techniques de la Méthode Caycedo nous amènent à une rencontre phénoménologique avec notre monde intérieur et notre monde extérieur. Il s’agit d’une découverte des sensations, pensées, images, émotions, comportements, et valeurs qui les composent.