Zoom sur la Sophrologie Caycédienne en Belgique

Zoom sur la Sophrologie Caycédienne en Belgique

Dossier réalisé par Marie-Hélène Sepulchre

 
Ce 11 novembre 2016 aura lieu le premier symposium belge de sophrologie à Bruxelles. Un événement inédit qui rassemblera 200 personnes :  sophrologues et élèves en formation en sophrologie venant des différentes écoles de sophrologie, grand public, ou encore professionnels de la santé, de la pédagogie, du sport, ou de l’entreprise.
 
Le thème de cette première édition ? La sophrologie en 2016. Quelles sont ses applications ? Comment a-t-elle évolué en plus de 50 ans ? Quel est son projet existentiel ? Sa place dans la société actuelle ?
 
 
 
L’événement nous a donné envie d’en savoir plus : les directeurs d’écoles de Sophrologie Caycédienne, les formateurs, les associations, les sophrologues passionnés et plein d’initiatives que nous avons rencontrés nous confirment que la Sophrologie a du relief au plat pays !
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Editorial de Jean-Christophe Lamy, Responsable du Centre Bouddhiste d’Études Tibétaines Bruxelles, Sophrologue :

 
« Mon master en Sophrologie Caycédienne, je l’ai obtenu à la fin de l’an 2000. A l’aube de ce 21° siècle, j’avais 51 ans.
 
Quelques années auparavant, j’avais passé deux ans, bardé de robes et de vœux monastiques, dans le centre de retraite d’un monastère bouddhiste tibétain en Ecosse. Dans ce lieu parfaitement isolé du monde, je voulais me découvrir et j’ai été servi. J’y ai vécu des moments d’une grande profondeur, mais aussi des moments de grands troubles émotionnels : les vivances de l’esprit, loin du corps, il faut s’en méfier : n’est pas yogi qui veut. Que s’est-il passé ? 
 
Ce personnage, cet égo, qui m’avait tant plu, qui avait charmé tant d’autres que moi jusqu’ici, avait fini par battre de l’aile, par perdre son beau ramage et son plumage. Le choc fût grand, mais j’y vois maintenant comme une bénédiction.
 
Bien sûr, il m’a fallu plus d’un an pour redonner du corps à mon esprit, m’y incarner, revenir à la vie « moderne » et puis reprendre mon travail de réalisateur de documentaire et de journaliste auprès de la Commission Européenne. La sophrologie était sur mon chemin, elle a pris soin de moi, elle m’a nourri.
 
Encouragé par ma sophrologue qui avait perçu tout ce que la pratique de méditation et de contemplation bouddhiste m’avait apporté, je m’y suis formé et en ai parcouru les degrés, les uns après les autres, avec beaucoup de curiosité et de passion ; je me reconnaissais, à mon humble manière, dans le chemin parcouru par le Professeur Caycedo à la fin des années 50, travail pionnier à cette époque, d’explorateur de la conscience humaine. Les Yogas indiens, les approches Zen et tibétaines du Bouddhisme, il les avait fréquenté bien avant moi, à sa manière bien sûr, avec la rigueur et l’honnêteté d’un authentique homme de sciences.
 
Voilà plus de 35 ans que je pratique les méthodes de méditation et de contemplation bouddhistes, et 15 ans que je poursuis l’entraînement sophrologique. J’ai aussi terminé une formation de 4 ans en psychothérapie dont l’approche est à la croisée de la psychologie occidentale et de la psychologie et la médecine bouddhiste tibétaine. A 65 ans bien passé, j’ai cessé mon travail de réalisateur/journaliste et je consacre l’essentiel de mon temps à co-gérer et animer le Centre d’Etudes Tibétaines de Bruxelles.
 
En tant qu’enseignant, j’étudie, prépare mes cours et médite chaque jour. La sophrologie, je la pratique aussi régulièrement pour maintenir mon énergie vitale, positive, surtout les futurisations, quand il me faut surmonter ma « paresse », me mettre dans un travail de recherche et d’écriture par exemple.
 
Je n’ai pas jugé bon de créer une école de sophrologie ni de sophro-centre. Mes clients en sophrologie, je les reçois en privé. Le plus important pour moi, c’est de ne pas entraîner de confusion entre le développement spirituel propre au Bouddhisme et l’entraînement existentiel propre à la Sophrologie Caycédienne. Chaque chose à sa place. Je considère cependant que la pratique de sophrologie ouvre grande la porte aux spiritualités, quelles qu’elles soient.
 
Je conserve une relation de grande amitié avec Jeanne Cunill et Jacques Corillon, les fondateurs de l’Ecole de Sophrologie Caycédienne de Liège. Ils m’ont déjà invité à y intervenir. Nous avons fait nos études de sophrologie ensemble – les 2 derniers cycles – et avons participé aux universités d’été organisées en Andorre sous la direction du professeur Caycedo.
 
Le vendredi 11 novembre, cette école organise, en coopération avec d’autres écoles belges, son premier symposium. Quelques uns des meilleurs sophrologues vont y donner des conférences et guider des exercices de Relaxation Dynamique. Le programme est une belle ouverture sur la richesse des applications de la sophrologie dans les domaines médical, social, pédagogique, artistique, sportif et philosophique. Pour celles et ceux qui souhaitent mieux connaître cette méthode créée il y a plus de 55 ans et qui aspirent à davantage de conscience, de paix et de sérénité dans leur vie quotidienne, l’invitation est ouverte !
 
Jean-Christophe Lamy
Noto, Italie, le 18 octobre 2016
 
retour sommaire
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Zoom sur Sofrocay en Belgique

 
 
Ecole de Sophrologie Caycédienne de Bruxelles
Date de création de l'école : 1994
Directeur : Michel Debelle
 
 
Nombre de sophrologues diplômés Master (formés aux 3 cycles) : 150
Nombre de sophrologues formés par an au Cycle 1 Fondamental  : 20 en moyenne
 
Une phrase qui définit l'esprit de l'école : 
 
" Former des praticiens sophrologues sociaux et médicaux, compétents pour mobiliser les capacités et le capital bonne santé de chacun par la pédagogie positive de la sophro enrichie de ses adaptations : "sophro-enfants", "de la gestion du stress au monde des émotions" et "nouveau regard sur les maladies psychosomatiques"."
 
 
 
 
Lien vers :
 
retour sommaire
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ecole de Sophrologie Caycédienne de Liège (ESCL)
Date de création de l'école : 2011
Directeurs : Jeanne Cunill et Jacques Corillon
 
 
Nombre de sophrologues diplômés Master (formés aux 3 cycles) : 15 
Nombre de sophrologues formés par an au Cycle 1 Fondamental  : 8 en moyenne
 
Une phrase qui définit l'esprit de l'école : 
        
" Au cœur de l'Etre, la joie de Vivre ".
 
 
 
 
Lien vers :
 
retour sommaire
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ecole de Sophrologie Caycédienne du Hainaut ( ESOCAY Hainaut)
Date de création de l'école : 1994
Directeurs : Annie Lovrix et Anne Descamps
 
 
Nombre de sophrologues diplômés Master (formés aux 3 cycles) : 50
Nombre de sophrologues formés par an au Cycle 1 Fondamental  : 8 en moyenne
 
Une phrase qui définit l'esprit de l'école :
 
" Rigueur, convivialité, bonne humeur... Pour travailler avec sérieux sans se prendre au sérieux "
 
 
www.esocayhainaut.net
 
 
Lien vers :
 
retour sommaire
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Association flamande de Caycediaanse Sofrologen *
*Association flamande de sophrologues caycédiens
 
Président : Jeroen de Bouvrie
Date de création : 2002
 
 
Objectif de l’association :
« Former une union plus forte entre sophrologues caycédiens en Flandre ».
 
 
 
 
Lien vers :
 
 
retour sommaire
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Sophrologie et handicap : interview de Jeanne Cunill

 
 
A l’occasion de l’Université d’été 2016 de Sophrologie, nous avons interviewé Jeanne Cunill, sophrologue et co-directrice de l’Ecole de Sophrologie Caycédienne de Liège. Jeanne Cunill intervient depuis 5 ans auprès de l’association « Les Coccinelles », un centre de vie pour infirmes moteurs cérébraux adultes située à Liège où elle anime des ateliers de Sophrologie. Découvrez en image son témoignage émouvant et plein d’espoir.
 
 
 
 
Voir la video
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
retour sommaire